Tournée national de Saccage 2024 : Février

Débat sur les Saccages Olympiques !

Paris 2024 ne se cantonne pas au 93 ou à l’île de France, elle impact le monde.
Alors on organise des temps d’échange a travers la France!
L’objectif est d’échanger avec des habitant.es d’autre coin de France impacté par les Jeux Olympiques et de s’organiser ensemble pour lutter contre.

En pleines discussions au Sénat sur la Loi Olympique 2, autorisant notamment les caméras à intelligence artificielle, on propose une présentation-discussion sur ce qu’impliquent #Paris2024.

A Nancy le vendredi 10/02 à 19h

A la Librairie-bibliothèque Quartier libre – 11 Grande rue – Nancy

 

A Commercy le Samedi 11/02 à 19h30

A « Là Qu’on Vive » – 17 Rue de la Paroisse, Commercy

 

 

 

——————————————————————

Et il y avait eu deux rendez-vous en Janvier !

Saint Étienne le 26/01,

à 18h30 à l’Amicale laique du Cret de Roch,
16 rue Royet à Saint-Etienne.
https://lenumerozero.info/Saccage-2024-6031

Lyon le 28/01.

à 14h à l’Espace Communal de la Guillotière
27 rue Salomon Reinach à Lyon 7e

Toxic Tour à Vaires-Torcy !

Rendez-vous le Samedi 03/02 à 9h30 au Parking du Lac à Vaires sur Marne (77).

Accompagné.es par des ornithologues, des naturalistes et des membres du Pôle Ecolo IDF on prendra acte de l’ampleur des dégâts.
La base de loisirs Vaires-Torcy est saccagée pour accueillir les épreuves d’aviron et de canoé.
Roselière détruites, lac en chantier, faune et flore détruite pour quelques épreuves…

Mieux connaître pour mieux combattre !

 

 

Accès :

20 min a Pied de la gare « Vaires-Torcy » (Ligne Transilien P)
Plusieurs bus existe entre la gare et le parking.
Hésitez pas à nous faire un mail à Saccage2024@protonmail.com si vous y allez en voiture et que vous voulez bien prendre des covoit, ou si vous cherchez un covoit !

 

Loi olympique 2 : Mobilisons-nous pour lutter contre l’extension de la vidéosurveillance

Le 24 janvier est présenté au Sénat le deuxième projet de loi Olympique. Sous couvert d’un évènement exceptionnel, il permettra à l’État d’expérimenter puis de pérenniser des technologies de surveillance et de répression à une échelle jamais vue.

Les entreprises et l’État pourront utiliser des algorithmes pour nous surveiller

Le point central de cette loi, c’est qu’elle autorise l’usage de l’intelligence artificielle pour détecter des mouvements de foules ou des comportements « suspects » (articles 6 et 7). Il suffit de regarder les sites des entreprises qui vendent ces solutions pour comprendre leur fonction : nettoyer les villes des pauvres et des indésirables, et criminaliser les manifestant·es. Mais l’État n’aura pas l’exclusivité de ce privilège, les entreprises et les copropriétés pourront également en profiter (articles 7-5 et 6-16), ainsi que les agent·es de sécurité de la SNCF et de la RATP (article 8). Pour accélérer la répression de tout comportement déviant, la loi autorise les drones avec des caméras à intelligence artificielle dans les grands évènements et à leurs alentours (article 7-1). Les organisateurs d’évènements sportifs pourront également utiliser des scanners corporels à l’entrée (article 10-2a et 11).

La CNIL n’aura plus les moyens de nous protéger de la surveillance généralisée

La CNIL est une des rares institutions qui nous défend contre l’abus de technologies de répression. Elle n’a déjà pas beaucoup de pouvoir, mais cette loi l’écarte complètement de l’expérimentation. Et on comprend bien pourquoi ! La CNIL dénonce dans son rapport un « tournant » en matière de surveillance numérique, et soutient que les caméras intelligentes pourraient facilement être programmées pour la reconnaissance faciale. Ainsi, elle ne participera pas à l’évaluation de ces nouveaux systèmes de surveillance, qui seront généralisés courant 2025. De plus, la CNIL n’aura plus le droit d’accéder aux systèmes de vidéosurveillance (article 6-9). Elle ne pourra plus imposer au préfet de sanctionner les établissements qui ne respectent pas la loi (article 6-14 et 6-15), ou fermer les établissements utilisant un système de vidéosurveillance sans autorisation (article 6-10). Tous ces pouvoirs reviendront au préfet, et la CNIL sera éventuellement informée de ces décisions (articles 6-10 et 7-7). D’ailleurs, les organisations qui mettent en place de manière illégale un système de vidéosurveillance ne seront même plus sanctionnées (article 6-13). Enfin, on ne pourra plus demander la destruction des enregistrements nous concernant On ne pourra pas non plus saisir la CNIL pour contester un système de vidéosurveillance. Il faudra s’adresser aux commissions départementales de vidéoprotection, qui ne sont pas indépendantes, et qui n’auront plus de comptes à rendre à la CNIL (article 6-12).

Les garanties contre les discriminations sont floues

On sait à quel point les IA sont sensibles aux biais, et on pourrait craindre que celles-cis apprennent le contrôle au faciès. Malheureusement, les garanties contre les biais algorithmiques sont floues. Ainsi, les données utilisées pour l’entraînement des IA devront être « pertinentes, adéquates et représentatives, leur traitement loyal, objectif et de nature à identifier et prévenir l’occurrence de biais et d’erreurs » (article 7-5). Or quasiment aucun de ces termes n’a de définition juridique, ces « garanties » sont ouvertes à la libre interprétation des entreprises et de l’État.

Les entreprises pourront envahir toujours plus l’espace public

Pendant que les militant·es sont de plus en plus criminalisé·es avec le renforcement des peines pour irruption dans un stade (articles 12 et 13), on déroule le tapis rouge devant les grandes entreprises qui sponsorisent les JO. Ainsi, les logos des sponsors pourront être affichés 100 mètres autour du passage de la flamme olympique, et 200 mètres autour du point de départ et d’arrivée (article 14-1). De plus, la publicité sur voitures sera autorisée sans restrictions. Mais pour les travailleur·ses, pas de repos ! Pendant tout l’été 2024, les commerce devront être ouverts en permanence dans les villes qui accueillent des sites olympiques (article 17).

Retrouvez le tract en PDF: Cliquez ici

Article Mediapart : « À Dugny, la ville, les « cages à poules » et les JO »

Nous partageons ici un article publié sur Mediapart sur la ville de Dugny qui va etre grandement impacté par le Village des Médias des JO.

À Dugny, la ville, les « cages à poules » et les JO

Jade Lindgaard

29 décembre 2022 à 13h00

 

C’est là que les Jeux olympiques construisent le « village des médias », destiné à héberger journalistes et techniciens pendant la compétition, avant de devenir un nouveau quartier d’habitation du Grand Paris. À Dugny, petite ville méconnue de Seine-Saint-Denis, la mairie rêve de grandeur. Mais des habitants s’inquiètent d’un développement à deux vitesses.

 

« Rendez-vous en bas du panneau mensonger ! » Le message est direct et c’est d’un bon pas, tout juste descendue du bus 249 que Michèle Lallemand, 62 ans, se présente un matin de décembre sous l’affiche qui la met en colère : « Grâce aux Jeux, le parc s’agrandit. » Le parc, ce sont les 415 hectares de prairies, lacs et forêts qui s’étendent entre …….

 

.

.

.

[SUITE DE L’ARTICLE A LIRE SUR MEDIAPART]

.

.

.

.

Prochaine Réunion Saccage2024 – jeudi 12 Janvier

La prochaine réunion du collectif c’est jeudi 12 Janvier à 19h30, à la Bourse du Travail d’Aubervilliers, 92 Av. Victor Hugo, et c’est ouvert à toustes !

Au programme: on débriefe sur l’année 2022 et on fait le point sur les projets pour le début de 2023 !

Pour ceux et celles qui le souhaite on peut se retrouver 30min avant pour vous présenter le collectif, si ça vous intéresse faites un mail à saccage2024@protonmail.com.

Récap du 11/12 : Revue de presse, prise de parole & autre.

Revue de Presse:

AFP- Presse quotidienne régionale

Beaucoup de titres de presse locale ont relancé la brève AFP sur la manif du 11. C’est une bonne nouvelle, parce qu’ils sont très lus (Ouest-France est le média plus lu en France.
Exemple dans La Provence:
https://www.laprovence.com/actu/en-direct/86524007243407/paris-2024-manifestation-anti-jo-devant-le-siege-du-comite-dorganisation
Pour voir à quel point c’est du copié-collé, Ouest-France:
https://www.ouest-france.fr/jeux-olympiques/jo-2024-une-manifestation-anti-jo-organisee-devant-le-siege-du-comite-d-organisation-b79caaf2-7987-11ed-af6e-4db4880eec0a
Ou encore Le Figaro qui à pourtant son siège à Paris:
https://www.lefigaro.fr/sports/jeux-olympiques/jo-2024-manifestation-devant-le-siege-du-comite-d-organisation-20221211

Le Parisien

Autre discours pour le Parisien, qui n’a pas juste copié l’AFP. C’est vraiment un papier pas mal, avec description de l’ambiance (ici “plusieurs dizaines de personnes”, et relaie de nos mots d’ordres.)
https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/paris-2024-des-anti-jo-venus-faire-la-fete-au-comite-dorganisation-des-jeux-olympiques-a-saint-denis-11-12-2022-XKEL5OM5LBB4HEJLYPT3RUJCRM.php
La journaliste, Claire Guedon à aussi publié cette vidéo :

Le Monde

Relaie une partie de notre argumentaire mais est assez sévère, nous étions 150, pas 50.
https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/12/11/a-aubervilliers-une-mobilisation-timide-anti-jo_6153964_3224.html

Libération

Libé a dédié un article principalement aux aléas budgetaires des JO, sujet de la réunion du COJO du 12. La manif de Saccage n’existe que dans la chute de l’article, dans les 3 dernières lignes. Néanmoins, intéressant pour les détails sur le budget du COJO.
https://www.liberation.fr/sports/jeux-olympiques/jeux-olympiques-de-paris-2024-la-facture-fait-un-bond-de-10-20221212_MCG26H5O6JARNL4GUZDGHQAVXA/

Bondy Blog

Le BB parle d’une centaine de manifestants. Sinon, il y a un survol de presque tous les sujets traités, avec un fort accent donné à la casse sociale et économique, au discours “JO accélerateur du Grand Paris et de la gentrification”.
https://www.bondyblog.fr/societe/a-aubervilliers-des-collectifs-mobilises-contre-les-derives-des-jo-2024/

BFM TV Paris:

https://www.bfmtv.com/paris/replay-emissions/bonjour-paris/saint-denis-une-manifestation-anti-jo-devant-le-siege-du-comite-d-organisation_VN-202212120189.html

France Bleue:

https://www.francebleu.fr/infos/societe/paris-2024-on-souhaite-que-ce-soient-les-derniers-jeux-olympiques-affirment-des-opposants-aux-jo-2419280

Rapport de Force (avant l’événement)

https://rapportsdeforce.fr/ici-et-maintenant/jeux-olympiques-des-chantiers-aux-luttes-ecologistes-la-mobilisation-va-saccelerer-121015495

France Info

Avec un zoom sur Annie Lahmer:
https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/paris/jo-paris-2024-le-cout-des-jeux-se-revele-toujours-superieur-aux-premieres-annonces-2673876.html

Radio Parleur

https://twitter.com/radioparleur/status/1605594434401210368 (ou https://www.facebook.com/radioparleur/posts/pfbid021rDccrQaawpse95ThouVgZnAAh2LjVAH8FGifSR5Q8CyNbRMYSoPLEQHAABxGA4Xl )

France Inter:

Une partie de la prise de parole introductive a été diffusé dans le journal du soir même.

InsideTheGames.biz

Le site de référence pour les professionnels du sport business :
https://www.insidethegames.biz/articles/1131539/paris-2024-olympics-protest

En bref, les médias étaient là même s’ils ne savent pas compter !

 

 

Prises de Parole & Interventions :

Malheureusement toutes les prises de parole n’ont pas été mise à l’écrit.

Prise de Parole du MNLE (Mouvement National de Lutte pour l’Environnement)

Prise de parole introductive de l’atelier sur l’antivalidisme (Bientôt)

Vidéo de soutient de nos camarades Japonais.

Un cadre des JO de Los Angeles 2028 à la tête du bureau de la maire ? Tout va bien !

– Traduction d’un communiqué publié par NOlympics L.A –

Chris Thompson a passé les deux dernières années à faire du lobby sur les gouvernements fédéral, étatique et local pour engraisser la machine à accaparer les terres, irrassasiée des profits et bonne à gonfler le budget de la police connue sous le nom de Jeux Olympiques de Los Angeles 2028. Maintenant, la nouvelle maire de LA, Karen Bass, l’a nommé chef de cabinet. Cool cool cool.

 

Un cadre du comité d’organisation des Jeux qui dirige le bureau de la maire ! qu’est-ce qu’il y a de mal là dedans ?

 

Karen Bass affirme que la lutte contre le mal logement et les loyers inabordables sont les principales priorités de son administration. Mais pour LA28, le comité d’organisation des Jeux olympiques, la priorité n’est pas de placer les Angelenas·os sans logement en lieu permanent, sûr et digne – c’est de supprimer les sans-abris[1] et la pauvreté visibles avant que les médias internationaux n’arrivent en ville. Et les JO ont déjà déclenché une frénésie de développement immobilier[2] qui déplace les locataires et fait grimper les loyers. Ces JO, comme tous les JO, remplacent les habitant·x·es par les touristes et la population par le profit.

 

Nous savons depuis longtemps que Karen Bass soutient le projet olympique, mais son choix pour le poste de chef de cabinet présente un conflit d’intérêts plus flagrant que tout ce qui a été tenté par son prédécesseur Eric Garcetti, dont les efforts de privatisation les plus flagrants ont été menés par le biais d’organisations à but non lucratif[3] en orbite autour du bureau du maire. Un porte-parole de Bass affirme que Thompson « ne participera pas aux questions concernant les Jeux olympiques pendant la première année de son service ». Cette affirmation n’est pas crédible, étant donné le nombre d’aspects de la politique de la ville de LA (du logement et des sans-abris à la police et aux parcs) qui sont touchés par les préparatifs des Jeux olympiques. Et pourquoi l’intérêt de Thompson à collaborer avec ses potes de LA28 disparaîtrait-il après un an ? il est sur le point de gagner plus d’argent qu’il ne pourrait jamais avoir à l’hôtel de ville en travaillant pour le LA28.

 

Pendant ce temps, le nouveau bureau du maire sera redevable aux puissants membres du comité de LA 2028 et aux boosters de campagne comme le milliardaire Jeffrey Katzenberg[4], qui a financé l’effort d’élection de Bass – après avoir fait pression sur les dirigeants locaux pour criminaliser les mal logé·x·es.

 

Grâce aux récentes écoutes révélées du FBI[5], nous avons appris que le maire et les bureaux de Nury Martinez travaillaient avec LA28 et les Rams[6] sur un deal discret sur le bassin de Sepulveda, un plan qui menacerait (et éventuellement vendrait) l’un des plus grands espaces verts de la vallée. Quel genre d’accords dangereux seraient conclus avec un lobbyiste LA28 travaillant comme chef de cabinet de la maire ?

 

Nous avons besoin d’un bureau de la maire qui protège Los Angeles des JO, et non d’un bureau qui réponde aux caprices du comité privé LA28 et aux plans de profit des boosters. Les Angelenas·os n’ont jamais eu la chance de voter contre l’accueil des Jeux olympiques, mais ce mois-ci, ielles ont voté sur la proposition SP, une taxe massive sur les parcs qui a été décriée par les opposant·x·es dans le guide officiel de l’électeurice de la ville comme une taxe olympique déguisée. C’était la première fois que les Jeux Olympiques étaient sur le bulletin de vote, et ils ont été rejetés à une écrasante majorité.

 

On ne veut pas des Jeux ici. Et on veut certainement pas que les lobbyistes de LA28 dirigent notre ville.

ANNULEZ LES JEUX DE LOS ANGELES 2028.

 

[1]     https://www.watson.ch/fr/international/sport/827492547-super-bowl-2022-a-los-angeles-les-sans-abris-doivent-disparaitre

[2]     cf. les expulsions locatives dans le quartier Exposition Park (qu’on peut désormais nommer Expulsions Park 🙃) provoquées par le projet “The Fig”, un soit-disant éco-bâtiment gigantesque incorporant hôtellerie, bureaux, chambres étudiantes

[3]     Depuis son élection à la mairie, les archives ont montré que Garcetti a utilisé un mécanisme d’importants dons pour collecter 31,9 millions de dollars via ses causes favorites. Dons de la part de particuliers·ères, d’entreprises et de fondations, dont certaines ont remporté des contrats importants et des autorisations cruciales de la ville ces dernières années.

[4]     Producteur, co-fondateur de DreamWorks derrière Shrek notamment.

[5]     https://www.lemonde.fr/international/article/2022/10/12/nury-martinez-presidente-du-conseil-municipal-de-los-angeles-demissionne-a-la-suite-de-propos-racistes_6145450_3210.html

[6]     équipe de Los Angeles de football américain

Faisons sa fête au COJO – Rassemblement le 11 décembre à 15h

Retrouvons nous le 11 décembre à 15h sur la place du Front populaire à Aubervilliers en face du COJO pour lui faire la fête !

La veille d’un conseil d’administration crucial, mettons la pression sur le COJO.

Comme à chaque édition de JO, le budget des JO de Paris 2024 est en train d’exploser ! C’est justement le 12 décembre prochain que sera réévalué ce budget au Cojo…

Initialement estimé à 6,2 milliards d’euros, le budget est passé subrepticement à 8 milliards, et il est question maintenant de prévoir encore plus avec l’inflation et les dépenses pour la sécurité (on parle de 11 milliards !). Si le Cojo et Macron rappellent sans cesse que les « jeux paieront les jeux ! », les dépenses publiques sont en réalité actuellement estimées à plus de 2 milliards, et la loi olympique prévoit que tout dépassement de budget est à payer par l’État et les collectivités.

Dans un temps où l’État réalise de sordides économies sur le dos des chômeurs et chômeuses (2 milliards d’économies escomptées), où les services publics craquent de partout (l’hôpital, les services pédiatriques, psychiatriques, les urgences, etc. ; l’école, l’université entre autres), où le gouvernement ne trouve jamais les fonds pour engager la nécessaire transition énergétique, gaspiller des milliards pour une « fête » qui durera deux fois deux semaines est parfaitement indécent et inadmissible.

Mais les JO, c’est beaucoup plus que des dépenses publiques inconsidérées. C’est aussi et avant tout la bétonisation (comme le parc Georges Valbon, Aire des Vents), la gentrification de la Seine-Saint-Denis, la militarisation de la police avec l’installation d’un contrôle profond de la population (usage de toute la quincaillerie de surveillance technologique, Gérald Darmanin parle de 15 000 caméras de surveillance de plus en IDF pour 2024).

C’est aussi et avant tout le corps et l’esprit contrôlés selon les normes patriarcales et occidentales. En clair, les JO perpétuent l’ordre social capitaliste ici comme ailleurs.


Allons donc dire au COJO qu’on le tient à l’œil et que nos quartiers ne sont pas son terrain de jeux et de spéculation.

Programme, Accessibilité & info pratique :

Programme :

De 15h à 17h30 :
– Jeux anti-olympique (balle aux prisonniers, chamboule tout, jeux de fléchette etc.)
– Boissons chaude
– Crêpes (par nos amies de la Boulette)
– Infokioske

A partir de 16h30.
– Projection d’une vidéo de soutient de nos camarades anti-jo Japonais
– Projection d’un film par le collectif La Clef

De 15h30 à 17h30 : Tables rondes!
15h30 – Technopolice, avec nos ami.es de la Quadrature du Net
16h00 – Anti-validisme, avec le FLAP et Objectif Autonomie
16h30 – Grand Projets Inutile et Imposé & Écologie, avec: un membre de la JAD (Aubervilliers), Hamid Ouidir pour l’école Pleyel,  Valerie Lessertisseur pour Notre Parc n’est pas a Vendre, un membre du MNLE93, et du CPTG ! (et sous réserve quelqu’un.e pour nous parler de la piscine de Taverny)

Et ponctuellement:
Fanfare & Chorale !

Accessibilité & Info Pratique:

– Coté covid, nous mettons à disposition des masques, du gel et amenons avec nous deux auto-test pour les personnes qui ont des doutes

– Niveau organisation de l’espace, nous aurons 3 barnums, ramènerons des palettes, pour permettre aux personnes de s’asseoir/ se coucher, et quelques chaises à dossier. Nous aurons 2 sono, avec micro.

– Niveau accessibilité du lieu : le rassemblement se passe sur la place du Front Populaire, à Aubervilliers. (Ligne 12, arrêt Front populaire, ascenseur en état de marche aujourd’hui disponible dans la station);
C’est une place plate entre le métro et le COJOP, avec un petit parc sur la gauche (quand on est dos au COJOP) , avec des cheminements piétons et des portails bas.
Sur le plan d’accès sont matérialisés en rouge des bateaux inclinés au niveau des trottoirs, permettant l’accessibilité de la place si vous venez sans transports en communs et en blanc les places de stationnement pour les personnes en situation de handicap, (2 en tout) le long du COJOP (ils sont larges comme des passages piétons tous avec à chaque fois deux petits piliers en fer sur les cotés, ce qui laisse un passage d’un peu plus d’1 m entre eux) .

Coté toilettes, il n’y en a pas de publics sur la place et les cafés/bars seront probablement fermés sauf 1 (du coté du FranPrix, derrière le parc), mais nous ne savons pas encore si ses toilettes sont utilisables et s’ils sont adaptés.

– Par ailleurs, nous avons également une petite trousse de secours pour tout le monde et des référents et référentes écoute seront également en place tout au long du rassemblement. Vous les trouverez au niveau des boissons chaude.

– Le quartier est tapissé de camera, et il y auras des journalistes au rassemblement.
Le rassemblement est déclaré en préfecture et se veux accessible pour les personnes se sentant fragiles et les enfants.
Saccages 2024 considère que la multitudes des modes d’actions est un atout.

——————–

——————–
Tract A5 en Noir et Blanc

Tract couleur

Tract en Noir et Blanc

Communiqué de presse